Thomas Pitiot chante Vassiliu

  • CHANSON FRANÇAISE
  • VENDREDI 16 DÉCEMBRE
  • 20H
  • GRANDE SALLE
  • DURÉE : 1H45
  • TARIF A
  • RÉSERVER

Qui sont ces deux-là ?!

C’était presque une évidence. Il existe entre ces deux-là une filiation naturelle. Tous deux partagent cette fascination pour les musiques afrocaribéennes et ses rythmes chaloupés. Tous deux aiment profondément l’Afrique et plus particulièrement le Sénégal pour y avoir vécu quelques années. Bercé dès son enfance par les chansons ensoleillées de Pierre Vassiliu (disparu en 2014), Thomas Pitiot tenait depuis longtemps à lui rendre hommage. C’est avec son équipe de musiciens habituelle dans une formule très orchestrée qu’il reprend brillamment le répertoire de celui que tout le monde connaît au moins pour sa célèbre chanson Qui c’est celui-là ?. Bien décidés à franchir les frontières artificielles des styles et des époques, Thomas Pitiot et ses sept musiciens inviteront le soleil sur le plateau de DSN, quelques jours avant Noël !

 

« Pitiot le prolo gentilhomme est un cas à part, un univers rare : solide et singulier. » Télérama

« Avec son drôle d’accent de nulle part, Thomas Pitiot casse les frontières et raconte sa ville-monde, un univers riche en couleurs, en sonorités, en langues, en rencontres. » L’Humanité

DISTRIBUTION

Thomas Pitiot : chant, guitare, Samantha Lavital : chant, Arno de Casanove : trompette, Yvan Descamps : batterie, percussions, Michel Kanuty : claviers, Yannick Kerzanet : guitare, Franck La Rocca : basse, Bruno Wilhelm : saxophones • Lumière : Charlotte Plissart, Son : François-Xavier Guérin.


Production L’Océan Nomade.

© photo : Francis Vernhet, Jean-Marc Coquerel

Site de la compagnie

SI VOUS AIMEZ CE SPECTACLE, VOUS AIMEREZ PEUT-ÊTRE :

Bazar et Bémols
Esquif

THOMAS PITIOT chante Pierre VASSILIU

C’est peu de dire que les chansons de Pierre Vassiliu habitent Thomas Pitiot. Elles ont fondé une part de sa relation à la musique, au voyage et à l’ailleurs. Enfant, les premiers concerts qu’il voit de lui font naître des curiosités, et inscrivent durablement dans la mémoire de Thomas ces groupes de musiciens bigarrés, enchantés et enchanteurs.

Cette idée de rendre un hommage appuyé à Pierre Vassiliu, comme une source jaillissante et nourricière, cheminait depuis longtemps dans l’esprit de Thomas. Et comme « c’est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source », il lui est apparu urgent de faire voyager les chansons de Vassiliu et de leur faire prendre le large après que ce dernier eut tiré sa révérence irrévérencieuse.

Thomas partage avec Pierre Vassiliu cette fascination pour les musiques afro-caribéennes, percevant dans les rythmes chaloupés l’occasion d’embarquer sur la pirogue et de prendre au mot la chaloupe. Il y a ce lien singulier à l’Afrique, plus précisément au Sénégal, où l’un et l’autre ont passé beaucoup de temps. Il y a aussi cette façon de vivre le métier de chanteur, en liberté, loin des injonctions des décideurs et sans céder aux modes éphémères.
Et puis ce goût pour les concerts ensoleillés, les grands orchestres avec des musiciens talentueux à l’aise dans toutes les musiques et volontaires pour franchir les frontières artificielles des styles et des époques.

C’est tout cela que Thomas Pitiot entend redonner avec ce nouveau spectacle créé au printemps 2015. C’est avec son équipe de musiciens habituelle que Thomas présentera les chansons de Vassiliu qui l’accompagnent depuis toujours, dans une formule très étoffée qui ne manquera pas de convoquer les soleils et les parfums d’ailleurs.

Thomas Pitiot, 40 ans. Le bonhomme a toujours un pied en Seine-Saint-Denis, cette banlieue nord où il a grandi et qui lui a ouvert une bonne partie de ses fenêtres sur le monde.

Parallèlement à une scolarité qui débouche sur une licence de Sciences politiques à l’université de Saint-Denis, Thomas se frotte à différentes disciplines artistiques. En marge des institutions académiques et des conservatoires, plutôt les deux pieds dans l’associatif, il taquine le piano, la guitare, la batterie, le chant ; à 14 ans, il fait ses premières scènes rock, puis funk, reggae, rap, chanson.

Thomas ne cloisonne rien, c’est un casseur de frontières.

Il fait le lien avec le théâtre (compagnie Étincelles qu’il intègre à 15 ans pour ne plus la quitter) et s’essaie tour à tour à la comédie, l’écriture et la mise en scène, avec deux pièces importantes, La P... de sa mère ainsi que La Noce de Holtère le Nico. Il jette un œil du côté du cinéma avec plusieurs premiers rôles et la réalisation de Sofiane et Vanessa, court-métrage primé au festival ciné-vidéo de Seine-Saint-Denis.

Il brode à sa manière un tissu associatif local : animation, aide aux devoirs, fêtes de quartier, militantisme avec chaque fois des passerelles vers la musique.

En 2001, avec trois amis, il crée T’Inquiète Productions et c’est le véritable lancement de sa carrière « chanson ».

« Thomas Pitiot dont l’indignation colorée aux sourires d’Africaines ou aux youyous des banlieues, va nous être d’une rare utilité pour franchir ces cinq prochaines années. Ses chansons sont comme un arc-en-ciel, un pont naturel qui suggère liberté, égalité et fraternité. Par lui, ça existe encore. » Michel Kemper – Chorus

« Ses textes sont tendres, drôles ou décapants. Il aborde tous les registres, graves et futiles. Incontestablement, Thomas Pitiot se régale (et nous régale) avec les mots. » Frédérique Briad – Marianne

« Les textes de Thomas Pitiot sont d’une humanité grosse comme la planète et les musiques colorées comme l’arc en ciel. De vraies histoires fortes presentées dans un chaudron musical dont la potion peut entraîner, c’est selon, dans le rêve ou dans la danse. Coup de cœur ! » Michel Troadec – Ouest-France