Roubaix, une lumière

FILM FRANÇAIS DE ARNAUD DESPLECHIN | 2019 | 2H
AVEC ROSCHDY ZEM, LÉA SEYDOUX, SARA FORESTIER
Sélection officielle, Cannes 2019

À Roubaix, un soir de Noël, Daoud, le chef de la police locale et Louis, fraîchement diplômé, enquêtent sur le meurtre sordide d'une vieille femme. Les voisines de la victime, deux jeunes marginales, sont arrêtées. Daoud décide de les interroger séparément...
« J'ai voulu ici ne rien offrir à l'imagination, ne rien inventer, mais retravailler des images vues à la télévision il y a dix ans et qui n'ont cessé de me hanter depuis. Retranscrivant et agençant ce matériel, je songeais chaque jour à Crime et châtiment. Les tourments de Raskolnikov, ce sont les mêmes que ceux de ces déshéritées. (…) Au cœur du film se trouve la question de l'inhumain. Qu'est ce qui est humain, qu'est-ce qui ne l'est plus ? À travers le regard du commissaire Daoud tout s'avère profondément humain. La souffrance comme le crime. Pour Daoud, le travail de la loi est de faire rentrer dans l'humain ce qui d'abord nous a plongé dans l'effroi. » Arnaud Desplechin.


HORAIRES

mercredi 18:30
jeudi 18:30 | 20:45
vendredi 18:30
samedi 18:00
dimanche 18:00
mardi 18:30

mercredi 20:45
samedi 18:00
mardi 18:30 D


Dossier de presse


EXTRAITS DE PRESSE

Un bon film noir et un vrai film d'auteur. Télérama
A partir d'un fait divers, Arnaud Desplechin montre, sur le ton du polar, la misère sociale et humaine. Le Monde
Loin d'opérer une rupture, les dialogues réels de "Roubaix, une lumière" sont polis par la mise en scène et par le travail des acteurs (tous formidables), jusqu'à atteindre une intensité théâtrale et une densité romanesque que le documentaire initial ne contenait qu'à l'état brut. Libération
S'inspirant d'un crime sordide, Arnaud Desplechin signe avec son nouveau film une oeuvre aussi noire qu'humaniste. Le Parisien
C'est le vertige et le paradoxe du film : le réel s'y impose d'abord violemment, mais il se réenvoûte de l'intérieur et se met inexplicablement à parler le Desplechin, à ressembler à un monde écrit par lui. Les Inrockuptibles
Nimbé de la lumière de son titre, le film est bouleversant d'humanité, reposant en grande partie sur la faculté d'incarnation de ses acteurs, et notamment du tandem formé par Léa Seydoux et Sara Forestier. La Croix
Reparti bredouille du Festival de Cannes, le nouveau film du cinéaste roubaisien Arnaud Desplechin, qui se frotte ici au polar noir, reste une œuvre forte qui hante durablement l'esprit. Avec un Roschdy Zem quasi mystique. La Voix du Nord