JEU 2 MAI 20H
durée estimée 1h05
RÉSERVER
LE DRAKKAR
tarif A
THÉÂTRE
dès 10 ans

séances scolaires ven 3 mai 10h & 14h15.

Jojo au bord du monde

TEXTE STÉPHANE JAUBERTIE
MISE EN SCÈNE PIERRE DELMOTTE
COLLECTIF LES TOMBÉ(E)S DES NUES

 

Les bonnes histoires font toujours un peu peur.

Jojo est un jeune garçon qui traîne dans une rue déserte avec comme seul compagnon un ballon de foot crevé, pendant que ses parents sont sous le soleil à l'autre bout de la Terre. Il s'ennuie ferme et se sent désespéré, au bord du monde. Voici qu'un jour il rencontre une jeune fée au chômage, Anita, qui touche le Revenu Magique d'Insertion, affligée de sa maman-fée qui perd la boule. Et pas seulement celle de cristal ! Anita ne peut plus la lâcher d'une pantoufle de vair.

Touché par la détresse de quelqu'un d'encore plus dépendant que lui, Jojo propose à Anita de garder sa mère, le temps qu'elle passe à la banque comme font toutes les fées quand elles sont à découvert. L'espace d'une soirée, voici donc Jojo mamy-sitter.

Chargé de veiller sur cette mémé attendrissante qui disparaît soudain, l'enfant va devoir affronter la forêt de la Grande Peur et ses habitants inquiétants. Il y croisera des héros déglingués comme le Petit Poucet qui a mal tourné, Blanche-Neige devenue boulimique, Batman qui ne parle qu'en citant Léo Ferré et un couple de Dupond qui aimerait bien se marier, tous suivis dans une clinique spécialisée.

Le texte glisse sans cesse du réel à l'imaginaire, de l'émotion vive au pur délire avec une langue vive qui détourne le langage des jeunes, pour aborder des thèmes sensibles avec un humour grinçant. Stéphane Jaubertie embellit tout ce qu'il touche : ici l'abandon, la mort, la maladie et plein d'autres choses normalement plutôt terrifiantes. C'est drôle et touchant.

Avec Nicolas Dégremont, Valérie Diome, Hélène Francisci, Jean-François Levistre, Aure Rodenbour. Scénographie Fabien Persil. Création et régie lumières, vidéo Geoffroy Duval. Création et régie musique et univers sonore Florent Houdu. Création costumes Corinne Lejeune. Marionnette Ariane Dionyssopoulos.

Production Les Tombé(e)s des nues Collectif. Coproduction Théâtre en Seine, Duclair, Le Tangram Scène Nationale Evreux-Louviers, Le Rayon Vert – Saint-Valéry-en-caux, DSN – Dieppe Scène Nationale. Soutien DRAC Normandie, Département de Seine-Maritime ville de Rouen. Remerciements le collectif remercie très chaleureusement Marielle Julien et Yann Dacosta, Colin Pitrat, Philippe Chamaux, Jérôme Hardouin.

© photo : DR

Site de la compagnie


Le  récit 
Notre  héros  s'appelle  Jonas‐Joachim  Tabanas,  dit  Jojo  pour  les  intimes.  Mais  des  intimes,  Jojo  n'en  a  pour  ainsi  dire  aucun.  C'est  un  «  solo  boy  »  :  alors  que  ses  parents  se  dorent  la  pilule  à  l'autre  bout  de  la  Terre,  lui  est  seul,  dans  une  rue  déserte,  avec  un  ballon  dégonflé  pour  seul  compagnon.  Surgissent  alors  Anita,  fée  dépressive  et  désœuvrée,  et  sa  mère,  Jilette,  tout  aussi  déglinguée.  Jojo  accepte  la  garde  de  la  vieille  fée  mais  très  vite,  celle‐ci  va  disparaître,  entrainant  Jojo  dans  un  voyage  inattendu.  À  travers  la  forêt  de  la  Grande  Peur,  et  en  passant  par  d'étranges  clinique  et  bar  perdu,  Jojo  part  à  la  recherche  de  Jilette,  et  de  lui‐même. 

La  fable 
Jojo  au  bord  du  monde  est  à  la  croisée  des  chemins  entre  le  conte  initiatique  classique  et  la  pièce  contemporaine  dont  le  récit  serait  celui  d'un  ado  livré  à  lui‐même  dans  le  monde  difficile  d'aujourd'hui.  Les  protagonistes  y  sont  résolument  contemporains.  Les  fées  sont  au  RMI  :  revenus  magique  d'insertion,  Le  petit  Poucet  s'appelle  ici  Billy‐Juan  et  il  boit  de  la  bière  belge,  et  Batman  chante  des  chansons  tristes…  «  Les  bonnes  histoires  font  toujours  un  peu  peur.  Après,  on  se  sent  plus  forts.  »  * Comme  un  constat  amer  d'un  monde  aride,  la  pièce  traite  de  sujets  profonds  et  difficiles.  Les  personnages  ne  sortent  pas  de  scène,  ils  «  disparaissent  ».  La  mort  règne  dans  le  cœur  de  Jojo.  Il  n'y  a  pas  de  plus  grande  menace  que  celle  d'être  abandonné,  de  rester  seul  au  monde.  Notre  héros  est  confronté  à  ses  colères,  à  ses  peurs  et  ses  angoisses.  Et  il  affrontera  seul  les  épreuves  de  la  vie,  comme  pour  réaliser  son  autonomie  et  se  faire  une  vie  bien  à  lui,  loin  de  ses  parents.  C'est  sa  rencontre  avec  Jilette,  qui,  elle,  s'apprête  à  quitter  la  vie,  qui  va  le  faire  revenir  d'entre  les  morts  d'une  certaine  manière.  Cette  vie  qu'elle  abandonne,  c'est  à  Jojo  qu'elle  va  la  confier. 

À  l'image  du  personnage  d'Ibsen,  Peer  Gynt,  Jojo  va  entreprendre  un  voyage  qui  va  lui  permettre  de  s'affirmer,  et  de  revenir  parmi  les  vivants.  Mais  jamais  triste !  Le  pari  de  la  mise  en  scène,  tout  en  traitant  les  thèmes  forts  du  récit  (la  Disparition,  La  Mort,  la  Connaissance  de  Soi,  la  Réalité)  sera  de  mettre  à  l'honneur  la  langue  décapante  inventée  par  l'auteur,  et  les  héros,  déchus,  mais  néanmoins  désopilants.  Il  y  a  beaucoup  d'humour  dans  Jojo.  Et  le  théâtre  de  Stéphane  Jaubertie  est  résolument  un  théâtre d'acteurs.

  *Lété,  de  Stéphane  Jaubertie.  Éditions  Théâtrales. 

Le  Collectif  et  Jojo 
Le  collectif  Les  Tombé(e)s  Des  Nues  a  entamé  un  travail  sur  la  chute,  la  désillusion,  la  stupéfaction  et  aussi  une  certaine  forme  de  démystification  du  monde.  Que  sont  nos  héros  devenus ?  Et  la  question  obsédante  qui  va  avec  :  Que  fait‐on,  maintenant  ?  Que  fait‐on  après ?  Et  Jojo  entre  dans  la  pleine  continuité  de  ce  questionnement.  Il  suffit  de  voir  ses  héros,  presque  tous  déchus.  Billy  Juan,  réécriture  d'un  Petit  Poucet  dépressif,  Batman,  ici  chanteur  mélancolique  de  cabaret,  une  Blanche‐Neige  boulimique  fait  aussi  une  apparition…  Ce  projet,  c'est  d'abord  la  rencontre  entre  ce  texte  et  le  collectif.  C'est  ce  frottement  entre  les  réalités  des  Tombé(e)s  Des  Nues  et  ce  texte  qui  emmène  le  spectacle  et  la  mise  en  scène  à  un  endroit  inattendu.  Et  là  où  nous  pourrions  attendre  une  distribution  plus  classique,  le  rôle  de  Jojo  est  interprété  par  une  jeune  femme,  et  celui  de  Jilette  par  un  homme.  Ces  choix,  qui  s'imposent  comme  des  évidences  au  sein  du  collectif,  viennent  créer  une  profondeur,  une  aspérité,  à  un  endroit  où  les  personnages  sont  souvent  archétypaux.  Le  texte  de  Stéphane  Jaubertie  est  avant  tout  une  «  machine  à  jouer  »  formidable  pour  les  acteurs  et  nous  tâcherons  de  mettre  en  avant  le  plaisir  du  comédien. 

Le  décor 
L'auteur  ne  cesse  de  poser  la  question  :  C'est  quoi  le  vrai  monde  ?  À quoi ressemble-t-il ?  Et  comment  faire  pour  y  vivre  et  y  être  soi‐même  ?  C'est  l'absence  de  sécurité  chez  Jojo  qui  va  créer  son  désir  de  rêve  et  ses  propres  projections.  Et  l'on  dit  aussi  que  rien  n'est  plus  vrai,  pour  l'enfant,  que  ce  qu'il  désire.  Aussi,  dans  Jojo  au  bord  du  monde,  le  spectateur  est  face  à  un  univers  très  onirique  et  qui  se  module  à  l'envie  (celle  de  Jojo).  Nous  traversons  la  forêt  de  La  Grande  Peur,  comme  une  radiographie  des  peurs  intimes  du  personnage  de  Jojo,  pour  nous  retrouver  dans  son  Cœur,  espace  vierge  et  inexploré.  Le  pari  avec  Fabien  Persil  et  Geoffroy  Duval,  respectivement  scénographe  et  créateur  lumières,  sera  de  restituer  ces  différents  espaces  et  climats.  Traiter  les  apparitions  et  disparitions  des  héros.  Il  s'agira  de  rendre  visible  et  sensible  pour  le  spectateur  la  solitude  de  Jojo.  Le  héros  répète  lui-même  «  Au  fond  du  fond  j'y  suis,  peux  pas  aller  plus  bas  ».  Il  nous  importera  de  raconter  à  la  fois  la  rue  de  Jojo,  le  monde  urbain  dans  lequel  il  vit,  ainsi  que  l'isolement  et  le  trou  ‐  le  trou  noir  et  le  trou  de  mémoire  (ceux  de  Jilette  et  celui  dans  lequel  on  a  oublié  Jojo).  En  s'inspirant  de  la  boîte  à  jouer,  Fabien  Persil  a  imaginé  un  dispositif  de  larges  tuyaux,  similaires  à  ceux  qui  recueillent  les  pluies  dans  les  villes  mais  coupés  en  deux.  Les  acteurs  manipuleront  ces  différents  modules  au  gré  du  voyage  de  Jojo,  représentant  d'abord  l'espace  du  skatepark,  qui  s'est  imposé  immédiatement,  puis  la  forêt  de  la  grande  Peur  ou  encore  le  Cœur  de  Jojo.  Avec  de  multiples  trappes  ‐  propices  aux  apparitions  et  disparitions  ‐  sur  ces  demis  ou  quarts  de  tuyaux,  ce  dispositif  scénique  nous  permettra  de  rêver  au  rythme  de  Jojo.  Les  lumières  et  le  brouillard  participeront  aux  changements  abrupts  des  lieux  du  récit.  De  la  vidéo  viendra  appuyer  la  lumière,  comme  pour  créer  de  la  matière  plutôt  que  comme  projection  d'une  image  plaquée.  L'univers  du  récit,  très  emprunté  à  celui  de  la  bande  dessinée,  résonne  aussi  très  fortement  avec  la  culture  geek  et  la  culture  pop  qui  accompagnent  notre  travail  et  que  nous  revendiquons  comme  référence  esthétique  du  spectacle. 

Pierre  Delmotte 


La pièce raconte l'amitié entre ce gosse des rues et cette vieille fée hors d'usage qui s'appelle Jilette. Ça se prononce comme la lame, mais ça s'écrit différemment. Comme toute la pièce, qui est un chef-d'œuvre de drôlerie et de poésie, cette politesse du désespoir comme chacun sait. (…) Qu'ajouter ? L'essentiel : les acteurs. Je les cite tous tant ils sont tous excellents. (…) Mention spéciale, bien sûr, à Jean‑Erns Marie-Louise, qui construit son Jojo de main de maître. Non seulement on est dans son cœur, mais encore on y est si bien qu'on ne veut plus partir. Avec ou sans mômes, allez-vous laver le vôtre (de cœur) à cette merveille qui ne restera pas éternellement à Paris. D'ailleurs, pour la plus grande joie des spectateurs de Villefranche-sur-Saône, Chambéry, Lyon, Strasbourg et ainsi de suite, qui l'attendent avec impatience. Les Trois coups

Glissant d'un monde à l'autre, du réel à l'imaginaire, la plume de Stéphane Jaubertie se faufile habilement entre les sentiments. Emouvante, terriblement lucide, elle bascule parfois dans un registre totalement loufoque, où l'humour emporte tout sur son passage. Habités par la peur de grandir ou de mourir, ses personnages trouvent le courage d'aller vers l'inconnu. Théâtre on Line