MAR 27 NOVEMBRE 19H
durée 55 minutes
RÉSERVER
LE DRAKKAR
tarif D
THÉÂTRE
JEUNE PUBLIC
dès 7 ans

séances scolaires mar 27 nov 10h | jeu 29 nov 10h & 14h15 | ven 30 nov 10h.

L'extraterrestre et le petit caca

TEXTE PIERRE NOTTE
MISE EN SCÈNE CÉLINE DEEST-COIRRE
COMPAGNIE FÉE D'HIVER

 

Un conte moderne aussi sensible que loufoque.

Au milieu d'une décharge d'objets hétéroclites émerge un extraterrestre tombé d'on ne sait où. Tout en déambulant à la découverte du monde, il met malencontreusement le pied dans une crotte… Celle-ci réagit aussitôt, se plaignant d'être mal aimée, rejetée, en proie à de multiples attaques : la mouche qui s'en alimente, le soleil qui la dessèche, la pluie qui la dilue, sans compter l'intervention de la redoutable motocrotte ! De son côté, l'extraterrestre rouillé a besoin de soin et d'attention. Petit à petit, les deux héros vont apprendre à se connaître, à s'apprécier tels qu'ils sont et s'entraider. S'ensuivent alors des aventures où ils vont rencontrer un champignon, un pylône électrique, un camion benne... des êtres peu fréquentables, perdus, qui souhaitent être autre chose que ce pour quoi ils existent. L'extraterrestre va alors exaucer leurs vœux.

L'extraterrestre et le petit caca est une histoire tendre emplie de sentiments profonds et bons, une histoire sur notre temps pleine d'humour et de sagesse.

Avec Mathilde Marillat, Grégory Servant, Céline Deest-Coirre. Scénographie Karine Rapinat. Régie générale Jean-Christophe Goguet.

Production Compagnie Fée d'hiver. Coproduction Scène Nationale d'Aubusson. Accueil en résidence Théâtre la Marmaille-Limoges, Théâtre du Cloître – Scène conventionnée-Bellac. La compagnie est soutenue pour l'aide à la co-production par le Conseil régional Nouvelle Aquitaine, la C.C. Creuse Grand Sud et la ville d'Aubusson. Projet bénéficiant du dispositif d'aide à la co-production de la région Nouvelle Aquitaine.

© photo : Sébastien Deest, Fée d'hiver

Site de la compagnie


Fable haute en couleur emplie d'humanité, L'extraterrestre et le petit caca traduit de manière légère le « mal-être » de la vie de certains hommes dans notre société.

« Le bonheur n'est pas immédiat, il est le fruit d'un long travail »

Personnages abimés par la vie, en quête d'un idéal qu'ils ne parviennent pas à déterminer, à la recherche d'UN bonheur, L'extraterrestre et le petit caca est un parcours initiatique.

On y découvre des personnages décalés, loufoques, fantasques, attachants, tous à la recherche d'un monde meilleur.

A travers une écriture joyeuse, drolatique, divertissante, pimentée, délicieusement loufoque, l'Extraterrestre et le petit caca aborde des thèmes profonds de la vie, de l'Homme, des relations entre les hommes, de la différence, de la cruauté entre les hommes, du désastre des sentiments humains.

 

LA MISE EN SCÈNE

Un parcours initiatique, une quête, mais aussi une joyeuse aventure. Heureuse. Il s'agit de représenter dans un espace astucieux, des créatures minuscules, honteuses, mal considérées. Une mouche, une boîte de conserve, un champignon, une petite crotte… Évoquer les désastres des sentiments humains, des regards qui jugent, des petites hontes de la vie, les humiliations… Il s'agit de réconcilier des êtres fragiles ou trop durs, un petit extraterrestre, étranger à tout, mal reçu, mal accueilli, mal considéré, ou un petit caca endurci par les humiliations quotidiennes, les mauvais traitements, les nez bouchés, les vexations. Elles ne sont pas roses, les vies des aliens de ferrailles ou des petites crottes laissées pour compte. 

Il s'agit d'organiser des tableaux vifs, rapides, pour trois comédiens en action incessante, en transformations, en mouvement, changements de costumes et de disposition des lieux. 

La mise en scène dans un rythme tenu, doit pouvoir signifier l'urgence de ceux qui passent les uns à côtés des autres, qui se jugent mal, trop vite, qui se plantent dans leur choix, leurs premières impressions. La mise en scène orchestre un croisement d'énergies, dans un lieu sobre peuplé d'astuces qui permettront à l'imaginaire des spectateurs de travailler tout le temps. 

Cette mise en scène se délectera de fantaisie, d'amusement, de rêve, de surprises, de joie, de rebondissements, d'émotions, de sourires, de rires, de plaisirs savoureux.


Episodes rythmés, loufoques, aventure joyeuse, ainsi évoque l'écriture de cette pièce. De la fantaisie, une grande place à l'imaginaire, aux images poétiques, mêlées de réel et de fantasmé, occuperont l'espace et le temps. 

L'envie de découvrir une nouvelle technique artistique par l'utilisation de l'ombre animera le parcours de cette mise en scène. L'ombre possède une véritable force d'évocation, elle permet d'évoluer dans plusieurs dimensions, et invite le spectateur dans un univers plein de poésie, de fantasme, d'onirisme. Dans un espace occupé par un ou plusieurs castelets, il s'agira pour les comédiens de faire vivre et évoluer les personnages (une mouche, une boîte de conserve, un champignon…). Du jeu théâtral, de la manipulation de marionnettes, de figurines en papiers, de la musique mettront en matière le texte de Pierre Notte. Un rythme soutenu s'imposera à travers des répliques serrées et souvent versifiées. 

Des lumières cisaillées, précises, raconteront les espaces au spectateur dont l'imaginaire travaille, construit, élabore les lieux. 

L'épopée tragique et drôle d'un amour qui échoue, mais qui finit bien, joue du temps et des espaces avec une vivacité joyeuse. C'est une pièce que l'on souhaite mordante, vivifiante et humaniste, un rien féroce mais heureusement.


PIERRE NOTTE
Pierre Notte est auteur, compositeur, metteur en scène et comédien. Il a signé récemment Sortir de sa mère et La chair des tristes culs Et l'enfant sur le loup se précipite ; Pour l'amour de Gérard Philipe ; Bidules trucs ; Deux petites dames vers le Nord ; Les Couteaux dans le dos ; J'existe foutez-moi la paix ; Journalistes – petits barbares mondains ; Moi aussi je suis Catherine Deneuve ; Clémence à mon bras.

Il a été rédacteur en chef de la revue Théâtres ; journaliste pour L'Événement du Jeudi, Le Nouvel Observateur. Il a été nommé à trois reprises dans la catégorie « auteur » aux Molières, il a reçu le prix jeune talent de la SACD, et le prix Émile Augier décerné par l'Académie française. Il est nommé en 2006 secrétaire général de la Comédie- Française et quitte ses fonctions en septembre 2009 pour devenir auteur associé et conseiller au Théâtre du Rond- Point.

LE CHOIX DE L'ÉCRITURE DE PIERRE NOTTE
L'écriture de Pierre Notte est une vraie rencontre dans mon parcours d'artiste jeune public. Son écriture me fait du bien. Elle est vive, rythmée, décapante, poétique, et aborde avec légèreté des thèmes profonds. Elle m'invite dans une bulle imaginaire dans laquelle j'aime me promener, m'aventurer. Rêver, une bien belle passion qui m'accompagne, me fait vivre et avancer. Parler de la vie, oui, mais autrement, à travers des univers naviguant entre l'onirisme et la réalité, entre le rêve et la vraie vie.

Céline Deest-Coirre

SON AVIS SUR LA PIECE
C'est une histoire d'amour, elle est joliment racontée, j'en suis fier. Le caca sent la rose et l'extraterrestre existe, ils s'aiment sans le savoir, ni le vouloir, sentiments humains, peur de l'autre, peur de s'attacher. Ils se sauvent la vie, l'un après l'autre, car c'est pour ça que l'on aime. Il y a une mouche, un pylône électrique, une machine à ramasser les crottes, un champignon hallucinogène… Chacun voudrait bien être autre chose que ce qu'il est, et il y arrive ici. C'est leur histoire, fantastique et merdique, heureuse pour finir, avec les images de la compagnie Fée d'hiver, belles trouvailles, belles idées, des astuces et des effets qui mettent de la joie dans cette aventure qui finit bien, qui va vers le ciel, mais en soucoupe volante. Céline Desst-Coirre, Mathilde Marillat, Grégory Servant… Je danse avec eux, auteur heureux…

Pierre Notte


Pendant une heure, le public accompagne ces deux mal-aimés. Il découvre leur questionnement et leur besoin de donner un sens à leur vie. Les jeunes spectateurs sont emportés d'une manière très alerte dans une fable intemporelle et drôle, porteuse de sens, rendue magique par le dispositif scénique et par les effets esthétiques. Les jeunes comédiens se sont emparés avec un évident plaisir de leurs personnages, ce qui n'avait rien d'évident. En fait, d'une manière décalée et loufoque, la compagnie aubussonnaise nous parle de problématiques très actuelles. Le tout pimenté d'amour. Le Populaire du centre