Jeudi 15 novembre à 20h45, rencontre avec Philippe Faucon, réalisateur.

Amin

FILM FRANÇAIS DE PHILLIPE FAUCON | 2018 | 1H31
AVEC MOUSTAPHA MBENGUE, EMMANUELLE DEVOS, MARÈME N'DIAYE
Quinzaine des Réalisateurs, Cannes 2018

Amin est venu du Sénégal pour travailler en France, il y a neuf ans. Il a laissé au pays sa femme Aïcha et leurs trois enfants. En France, Amin n'a d'autre horizon que son travail, d'autres contacts que les hommes qui résident au foyer. Mais l'arrivée d'une nouvelle femme dans sa vie va tout faire basculer…

 

Séances en partenariat avec et

HORAIRES

14 > 20 NOVEMBRE

jeudi 20:45 + RENCONTRE
samedi 16:30
dimanche 16:30
mardi 18:30 D

dossier de presse (PDF)

L'IMMANQUABLE

Jeudi 15 novembre, DSN aura l'honneur d'accueillir le cinéaste Philippe Faucon. Laissons le journaliste des Inrockuptibles Serge Kaganski faire les présentations : « Longtemps, Philippe Faucon (60 ans, 8 films pour le cinéma) a été un cinéaste confidentiel. Avec Fatima, en 2015, le miracle d'une rencontre avec un plus large public s'est opéré, accompagné d'une forte reconnaissance professionnelle (Césars, Prix Delluc). Son nouveau film, Amin, prouve que Faucon est un cinéaste cohérent et un homme qui suit imperturbablement sa voie, succès ou pas. Le personnage du titre (impressionnant Moustapha Mbengue) est un travailleur immigré d'origine sénégalaise qui vit seul à Paris, sa femme et ses enfants étant restés au pays et se languissant de lui. Il fait partie d'une équipe chargée de la réfection d'un pavillon dont la propriétaire est une infirmière divorcée (Emmanuelle Devos, étonnante). (…) Faucon n'a pas son pareil pour dresser le portrait de ses personnages avec une grande économie de moyens, tout en n'omettant pas de montrer aussi l'écosystème (amis, famille, travail) dans lequel ils évoluent. Il détient l'art de les regarder sans jugement, positif ou négatif, privilégiant l'observation comportementaliste au psychologisme. Un autre trait peu remarqué de son cinéma (car apparaissant souvent à minima, dans une scène ou deux), c'est l'érotisme, qui prend ici une part plus importante : femmes sous la douche, étreintes, peaux noire et blanche entrelacées, autant d'images qui témoignent d'un sensualisme simple, direct, jamais voyeuriste. Amin parle d'amour, de désir, de condition ethnico-sociale, mais son vrai sujet, c'est la solitude des quadras, séparés de leur famille soit en raison des lois de l'économie mondialisée et des inégalités Nord-Sud, soit à cause du mode de vie stressant de la moyenne bourgeoisie urbaine occidentale. Une fois encore, par petites touches épurées, précises, Faucon déploie une vision complexe qui atteint des sommets émotionnels sans avoir jamais recours à de grossiers procédés tire-larmes. Chapeau. » Oui, chapeau bas pour ce réalisateur qui cherche inlassablement à tirer le meilleur du cinéma pour porter une parole nécessaire sur le monde contemporain. Est-ce que c'est cela un artiste « engagé » ? Rendez-vous jeudi 15 novembre pour saluer l'artiste Philippe Faucon..

PRESSE

Un film digne et émouvant. Marianne
Digne, beau et sensible.
Première
Après Fatima, Philippe Faucon réalise Amin, un film sensible et politique sur la solitude des hommes immigrés. L'Humanité
Plus pessimiste que "Fatima", "Amin" dresse un constat des souffrances contemporaines (solitude, précarité, soumission au patronat, déracinement) aussi juste qu'alarmant. Les Inrockuptibles
Avec ce film fort, après Samia, Fatima ou encore La Désintégration, Philippe Faucon ajoute un nouveau visage inoubliable à sa fresque de l'immigration et du déracinement. Télérama
C'est sur ce tableau nuancé que s'imprime la relation entre Gabrielle et Amin [...]. Au long du film, ce lien conserve une absence d'effusion, un mystère qui rend hommage à la complexité des situations dépeintes. C'est ce genre d'intelligence, de sensibilité, qui donne son inestimable singularité au cinéma de Philippe Faucon. Libération
Un film épuré et sensuel qui évoque la solitude des corps dans nos sociétés contemporaines. La Croix
C'est l'histoire simple, émouvante et sensuelle, d'un travailleur déraciné et d'une infirmière divorcée que tout oppose, mais qui, pareillement séparés, décident de faire un bout de chemin ensemble. Philippe Faucon les accompagne avec délicatesse. Le Nouvel Observateur
Faucon est un naturaliste qui dessine avec pudeur des petites touches du monde, divers tableaux sur l'héroïsme du quotidien. Pas facile de paraître si simple et c'est, en général, la marque des plus grands. Positif