EN AVANT-PREMIÈRE MARDI 14 MAI À 19h
Séance précédée de la retransmission en direct de la cérémonie d'ouverture du Festival de Cannes 2019.

Interdit aux moins de 12 ans

The Dead Don't Die

FILM AMÉRICAIN DE JIM JARMUSCH | 2019 | 1H50
AVEC BILL MURRAY, ADAM DRIVER, SELENA GOMEZ
En compétition, Cannes 2019

Dans la sereine petite ville de Centerville, quelque chose cloche. La lune est omniprésente dans le ciel, la lumière du jour se manifeste à des horaires imprévisibles et les animaux commencent à avoir des comportements inhabituels. Personne ne sait vraiment pourquoi. Les nouvelles sont effrayantes et les scientifiques sont inquiets. Mais personne ne pouvait prévoir l'évènement le plus étrange et dangereux qui allait s'abattre sur Centerville...

HORAIRES

MARDI 14 MAI, 19:00 EN AVANT-PREMIÈRE

mercredi 14:30 | 16:30 | 20:45
jeudi 18:30
vendredi 16:30 | 20:45
samedi 16:30
dimanche 14:30 | 18:30
mardi 14:30 | 16:30 | 20:45

mercredi 16:30 | 20:45
jeudi 18:30
vendredi 16:30 | 20:45
samedi 16:30 | 20:45
dimanche 16:00
mardi 18:30 | 20:45

mercredi 18:30 | 20:45
jeudi 18:30
vendredi 20:45
samedi 16:00
dimanche 16:00
mardi 18:30 D

L'IMMANQUABLE

C'est l'Américain Jim Jarmusch qui aura l'honneur d'ouvrir la 72ème édition du festival de Cannes. Sélection officielle oblige, très peu d'informations ont filtré sur la dernière oeuvre du réalisateur dont la précédente venue sur la Croisette remonte à 2016 pour le très beau Paterson. Avec un pareil titre (qu'on s'amuserait à traduire par « seuls les morts survivront »), on peut s'attendre à un film horrifique mais une bande-annonce alléchante visible sur internet révèle que le film penchera certainement plus du côté de la comédie parodique (façon Shaun of the Dead d'Edgar Wright) que des grands classiques du genre (dont La Nuit des morts vivants de Georges Romero reste l'étalon indépassable). Le magazine Marianne nous en dit un peu plus : « Dans The Dead Don't Die, Jim Jarmusch, réputé pour son humour surréaliste et sa passion pour les personnages marginaux, met une nouvelle fois en scène un univers délirant puisque ses nouveaux héros sont des… zombies qui viennent semer la zizanie dans une petite ville américaine bien trop tranquille pour être tout à fait honnête. Habitué à dérégler avec humour les figures du cinéma de genre - le western dans Dead Man, le film de samouraïs dans Ghost Dog - l'élégant Jarmusch, 66 ans, devrait une nouvelle fois s'amuser et nous amuser avec cette fiction où il dirige la crème des acteurs américains, pour la plupart des habitués de son univers, entre autres Bill Murray, Adam Driver et les excellentes Tilda Swinton et Chloé Sevigny. Premier film annoncé de la sélection cannoise 2019, The Dead Don't Die, présenté en compétition et donc en lice pour la Palme d'or, ne réjouira pas que les Happy Few du festival puisqu'il sortira dans les salles de France parallèlement à sa présentation sur la Croisette. Jim Jarmusch n'en est pas à son premier sermon dans la grand-messe cannoise puisque, parmi ses titres de gloire, il y a déjà obtenu le Prix de la Caméra d'or en 1984 pour l'imparable Strangers Than Paradise et le Grand Prix en 2005 pour Broken Flowers, sur un homme mélancolique, déjà incarné par Bill Murray, à la recherche du temps perdu et de ses amours passés. » The Dead Don't Die est à dévorer séance tenante en attendant la rétrospective des premiers films du réalisateur prévue cet été à DSN.

affiche du film

PRESSE

Jim Jarmusch signe une amusante fable à zombies, qui croule sous les références et les stars. Libération
« The Dead Don't Die », l'apocalypse pop de Jim Jarmusch Entre ironie et élégance (...) est cool, aussi cool que l'interprète du dernier défenseur de l'humanité, Bill Murray. Le Monde
Présenté en ouverture du Festival de Cannes, "The Dead Don't" Die de Jim Jarmusch emprunte au genre du film de zombies pour moquer une société incapable de résister au désastre qui vient. Noir… et très drôle. Les inrockuptibles
Entre parodie et hommage à la pop culture, ce nouveau film de morts-vivants pose un regard résigné mais amusé sur la fin du monde en approche. Le Point