HOMMAGE

AGNÈS VARDA

CINÉASTE ET PLASTICIENNE FRANÇAISE | 1928 – 2019


DIMANCHE 21 JUILLET

2=1 « PORTRAITS DE FEMMES »

DEUX FILMS POUR LE PRIX D'UN !
AVEC CLÉO DE 5 À 7 (16H45) + L’UNE CHANTE, L’AUTRE PAS (18H30)

En copie numérique restaurée

L'une chante, l'autre pas

FILM FRANÇAIS DE AGNÈS VARDA | 1977 | 2H | AVEC THÉRÈSE LIOTARD, VALÉRIE MAIRESSE, ROBERT DADIÈS

Paris, 1962. Pauline, étudiante, rêve de quitter sa famille pour devenir chanteuse. Suzanne s’occupe seule de ses deux enfants... Chacune va vivre son combat de femme.
Chronique de quinze ans d’évolution du droit des femmes, le film est un prodige, car ici le discours politique n’est pas plaqué sur le récit, mais chevillé à l’existence des personnages, soudé à leurs émotions et à leur intimité les plus profondes.
Le Monde

HORAIRE

DIMANCHE 21 JUILLET, 18:30

Le doc ADRC (PDF)

affiche du film

PRESSE

Une « bulle » superbe, une belle excroissance du film L'une chante, l'autre pas, comme elle (Agnès Varda) le dit elle-même. ( …) Une noyade totale dans le rêve d'amour en Iran, un cliché super kitch, en technicolor (et quelles couleurs, ces bleus intenses, ces rouges safrans des mosquées). (…) Voyage exotique « où la passion est un danger » (impérialisme du minaret triomphant)… Au bord d'un jardin, Pomme écrit non sans humour sur la queue, sur papier Q, entourée d'architectures voluptueuses, indécentes et pudiques où l'art sacré et l'art profane se confondent… Libération, 1977
C'est quotidien comme un documentaire et pétaradant comme un feu d'artifice : c'est la vie, quoi ! Écran 77, 1977
Ce qui comble d'aise dans le dernier film d'Agnès Varda, c'est (…) son rire, son insolence amusée, sa sérénité à la fois et ferme, tendre au-delà de toute agressivité. Le Nouvel Observateur, 1977
A la fois comédie et mélodrame, fiction romanesque et témoignage du vécu d'une époque (des années 60 à nos jours), où la condition féminine a considérablement changé. On y rit, on y pleure, on y chante. Le Monde, 1977