L'immanquable du mois

Ma vie avec John F. Donovan

The Death and Life of John F. Donovan

FILM CANADIEN DE XAVIER DOLAN | 2018 | 2H03 | AVEC KIT HARINGTON, JACOB TREMBLAY, SUSAN SARANDON | Sélection officielle, Toronto 2018

Photo du réalisateur

Enfant acteur, Xavier Dolan est devenu célèbre au Canada en jouant dans des pubs et des séries télévisées. Après six films réalisés, et à seulement 29 ans, il est désormais une star mondiale couronnée d'un prix du jury du festival de Cannes pour Mommy en 2014. Le très attendu Ma vie avec John F. Donavan, son premier long métrage en anglais, interroge justement les rapports de la célébrité et de l'intime. Comment être soi-même quand son image appartient à tous depuis l'enfance ? Le cinéaste explique : « Tout le scénario s'inspire d'événements dont j'ai été témoin ou que j'ai imaginés, en m'appuyant sur ce que j'en avais entendu ou que je savais. Je suis parti du thème du show-business, puis l'histoire a pris une tournure plus intime, à travers l'analyse du quotidien d'un jeune homme qui aspire à la gloire – il veut vivre son rêve sans sacrifier sa vie – et le film montre à quel point c'est difficile d'y parvenir à Hollywood. » Pour traiter un tel sujet, Dolan a naturellement convoqué une pléiade de stars (Natalie Portman, Susan Sarandon et le jeune espoir Kit Harington, tout droit sorti de la série phénomène Game of Thrones) qu'il a plongé dans une « histoire gigogne », à plusieurs niveaux : « Au début du film, on voit chacun des personnages principaux apprendre la mort de John Donovan. Puis, on passe en 2016, dix ans plus tard. Le jeune garçon avec qui John Donovan avait secrètement entretenu une correspondance, Rupert Turner, est maintenant un jeune homme et est également acteur. Rupert s'apprête à sortir un livre. À partir de sa conversation avec une journaliste on retourne en 2006 et on le découvre en garçon de onze ans qui vient d'emménager en Angleterre. Il a perdu ses repères. (…) Il passe son temps dans sa chambre, à regarder une star de la télévision qu'il vénère, John F. Donovan. Il est obsédé par cet acteur. Ils deviennent l'un pour l'autre des confidents, et c'est essentiellement ce que raconte le film. (…) Il parle du fait qu'on préfère plaire aux autres qu'à soi-même, et qu'on renonce à ses convictions les plus profondes par besoin d'amour et de reconnaissance. (…) je suis fier de constater que, contrairement à John F. Donovan, je n'ai pas cédé à la pression du conformisme. Ce film correspond, à tous points de vue, à mes intentions de départ : il aurait plu au gamin que j'étais – et que, à mon avis, je suis encore.» (+ d'infos)