Razzia

FILM MAROCAIN DE NABIL AYOUCH (2017-1H59)
AVEC MARYAM TOUZANI, ARIEH WORTHALTER, ABDELILAH RACHID

À Casablanca, entre le passé et le présent, cinq destinées sont reliées sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes mais une même quête de liberté. Et le bruit d’une révolte qui monte…
« Ayouch nous entraîne dans sa course folle et poétique à la liberté, à travers cette ville qu'il déteste autant qu'il l'aime. » Le Point

HORAIRES

13 > 17 JUIN

mercredi : 18h30
jeudi : 20h45
samedi : 16h30 / 20h45
dimanche : 16h30 D

Le dossier de presse (PDF)

PRESSE

Maryam Touzani, qui a coécrit le film, donne à cette Marocaine sa beauté de tragédienne, mais aussi une douceur, une sensualité qui suggèrent une plénitude heureuse. Entre violence et apaisement, Nabil Ayouch la filme comme l’espoir retrouvé. Sa passion de cinéaste mais aussi de citoyen et d’homme soutient de bout en bout le film, son plus beau. Télérama
A travers plusieurs cas d’école, le film de Nabil Ayouch dénonce la dérive autoritaire en cours dans le royaume. Le Monde
En combinant les parcours de plusieurs personnages à Casablanca, Nabil Ayouch établit une piquante topographie des troubles qui secouent le Maroc actuel, déchiré entre conservatisme et progressisme, et confirme qu’il est décidément un cinéaste à suivre. Les Fiches du Cinéma
Ayouch plante littéralement son film dans un Maroc post-printemps arabe et désormais ultra inflammable. Mais portraitiser le réel d’une société marocaine schizophrène et écartelée, rétive aux différences et soumise à de violentes disparités, n’empêche pas la patte vive et romanesque du cinéaste. Première
Plus tendre, optimiste et électrique que ses précédents films, "Razzia" est une fresque riche de l'acuité et de l'humanité de Nabil Ayouch. Ecran Large