Plaire, aimer et courir vite

FILM FRANÇAIS DE CHRISTOPHE HONORÉ (2018-2H12)
AVEC VINCENT LACOSTE, PIERRE DELADONCHAMPS, DENIS PODALYDÈS
SÉLECTION OFFICIELLE, CANNES 2018

Arthur a vingt ans et il est étudiant à Rennes. Sa vie bascule le jour où il rencontre Jacques, un écrivain qui habite à Paris avec son jeune fils. Le temps d’un été, Arthur et Jacques vont se plaire et s’aimer. Mais cet amour, Jacques sait qu’il faut le vivre vite...

HORAIRES

20 > 26 JUIN

mercredi : 14h30 / 18h30 / 20h45
jeudi : 20h45
vendredi : 18h30
samedi : 14h30 / 20h45
dimanche : 14h30
mardi : 20h45 D

Le dossier de presse (PDF)

PRESSE

Christophe Honoré filme un touchant mélodrame mettant en scène l’amour entre un trentenaire atteint du sida et un jeune étudiant dans les années 1990. Une réussite. Le Monde
Entre objets exigeants, tenants d’une certaine radicalité, et projets susceptibles de toucher le grand public cinéphile, Christophe Honoré a toujours oscillé. "Plaire, aimer et courir vite" nous paraît fusionner ces deux veines et s’impose d’emblée comme sa réussite la plus achevée depuis "Les Chansons d’amour". Les Inrockuptibles
Christophe Honoré n’a jamais saisi avec une telle intensité les hésitations amoureuses, la certitude de l’éphémère et l’intrigante osmose entre la douceur du sexe et sa crudité. Télérama
En suivant ces deux personnages qui sont un peu le miroir de sa vie, Christophe Honoré signe avant tout un film très personnel, bourré de citations culturelles et de clins d’œil à une époque dont il semble inconsolable. C’est aussi une belle histoire d’amour, émouvante mais sans pathos malgré son issue incertaine. Le Journal du Dimanche
L'impudeur du film naît d'ailleurs moins des étreintes qu'il met en scène que de la frontalité des joutes verbales. Quand les corps nus se rapprochent, c'est, à une exception près, pour appeler au réconfort, à une tendresse qui ramène à l'enfance. Au temps où l'on jouait à conjurer la mort. Le Nouvel Observateur