12 Jours

FILM DOCUMENTAIRE FRANÇAIS DE RAYMOND DEPARDON (2017-1H27) logo audiodescription
SÉLECTION OFFICIELLE, CANNES 2017

12 jours. C’est la durée maximale au bout de laquelle les personnes hospitalisées en psychiatrie sans leur consentement doivent être présentées à un juge. À l’audience, il y a d’un côté un juge et de l’autre une personne fragilisée, entre eux naît un dialogue sur le sens du mot liberté et sur le sens de la vie, aussi, surtout.
« La force du film est de recueillir ces paroles qui, allant tout de travers, disent la vérité des souffrances autant que le délire du monde qui les produit et les entretient. » Les Cahiers du cinéma

HORAIRES

DU 18 > 23 JANVIER

jeudi : 18h30
samedi : 18h30
dimanche : 18h30
mardi : 20h45 D

Le dossier de presse (PDF)

PRESSE

Entre ces magnifiques portraits humains, Depardon filme les couloirs vides de l’hôpital, la cour banale de l’établissement, les rues avoisinantes, la brume du petit matin qui se répand sur un mobilier urbain anonyme. Le Monde
Peu de films sollicitent autant le regard du spectateur, teste à ce point les affects et la capacité d'émettre un jugement. Depardon sait qu'il ne nous met pas à une place confortable. Pourtant, il nous revient aussi la responsabilité de nous confronter à ces êtres meurtris, à ne pas les oublier. Sont-ils si éloignés de nos vies ? Les Inrockuptibles
Les dialogues peuvent se révéler cocasses, émaillés de lapsus, de malentendus, d’incompréhension réciproque. Une forme de théâtre de l’absurde émerge alors, une autre logique de pensée, de langage. Télérama
L’humanité qui se dégage de ces audiences est bouleversante. La Croix
Au-delà de son sujet passionnant, c'est l'un des plus beaux films de l'année. Première
Sur l’écran, la détresse, l’enfance saccagée, la souffrance au travail, l’abus de pouvoir se fraient un chemin entre l’incompréhension et la colère. L’émotion est alors à son comble ! La Voix du Nord