Cycle WONG KAR-WAI


Cinéaste hongkongais né en 1958

 

EN VERSION NUMÉRIQUE RESTAURÉE

Chungking express

Chung hing sam lam

FILM HONGKONGAIS DE WONG KAR-WAI (1994 – 1H42)
AVEC BRIGITTE LIN, TONY LEUNG, FAYE WONG

À Hongkong, dans le quartier de Chung King House. Une Chinoise, portant perruque blonde et lunettes noires, doit expédier à l'étranger une grosse quantité d'héroïne. Elle recrute des passeurs indiens, les travestit en touristes mais les « perd » sur le chemin de l'aéroport. Lancée à leur recherche, elle rencontre un policier qui s'éprend d'elle...

HORAIRES

MARDI 28 AOÛT, 22H30 U / 2=1

2=1 LE POLAR SELON WKW

MARDI 28 AOÛT DEUX FILMS POUR LE PRIX D'UN !

Les Anges déchus (20h30)

Des plans magnifiques et inventifs, des personnages fantomatiques traqués par une caméra à l'épaule survoltée et un univers suintant de solitude sous la lumière vert-de-gris des néons. Du Chungking Express en plus condensé. L'Express

Chungking Express (22h30)

Nerveux, pressé et rêveur : un film sensoriel en prise directe sur le pouls de sa génération. Les Inrockuptibles

 

Lors des soirées 2=1, achetez un billet pour le premier film au tarif habituel et DSN vous offre la place pour le second !


PRESSE

Le film séduit par sa légèreté, sa liberté, ses lignes de fuite, son pouvoir de fascination multiple. Wong Kar-wai saisit l'effervescence de la ville, la somme de ses possibles, de ses rendez-vous manqués, de ses tentations éphémères. Les Inrockuptibles
Baigné, de manière quasi obsessionnelle par California dreamin', tube pop mélancolique, ce labyrinthe sentimental est aussi une prouesse formelle : mouvement fluide et alerte de la caméra, jeux d'accélération et de lumière, montage nerveux. La mise en scène se charge, avec une élégance électrique, d'enserrer les personnages, comme un écrin mouvant. Télérama