Cycle WONG KAR-WAI

Cinéaste hongkongais né en 1958

 

EN VERSION NUMÉRIQUE RESTAURÉE

Séances accompagnées par Bamchade Pourvali, auteur de Wong Kar-wai, la modernité d'un cinéaste asiatique aux Éditions l'Amandier.

Les Cendres du temps

Dung che sai duk

FILM HONGKONGAIS DE WONG KAR-WAI (1994 – 1H40)
AVEC LESLIE CHEUNG, TONY LEUNG, MAGGIE CHEUNG

Depuis que la femme qu'il aimait l'a quitté pour épouser son frère, Feng, qui a toujours eu pour ambition de devenir maître dans l'art de manier le sabre, vit seul dans le désert de l'Ouest, engageant des tueurs à gages pour exécuter des contrats…

HORAIRES

VENDREDI 24 AOÛT, 20H15 U / 2=1 / conférence

2=1 LES ARTS MARTIAUX SELON WKW

VENDREDI 24 AOÛT DEUX FILMS POUR LE PRIX D'UN !

Les Cendres du temps (20h15)

Plus loin encore que ne l'avait fait Sergio Leone avec le western, Wong Kar-wai stylise le genre, filme au pinceau. Le Monde

The Grandmaster (22h30)

Pendant deux heures, on est fasciné par cette saga qui alterne des combats de toute beauté, des moments de poésie, d'esthétique et de romantisme. Le Parisien

 

Lors des soirées 2=1, achetez un billet pour le premier film au tarif habituel et DSN vous offre la place pour le second !


PRESSE

Wong Kar-wai nous présente donc aujourd'hui un "Cendres du temps" bis, ni tout à fait le même film qu'il signa il y a quinze ans ni tout à fait un autre. Amélioré, peaufiné, marqué par ce qu'il vécut et apprit depuis. Le Monde
Un peu plus "lisible" que l'ancienne version (...) Ce décalage fait du redux un objet à la fois innovant et daté, fulgurant et lesté du passé, l'artefact d'un paradoxe temporel. (Reprise septembre 2008) Cahiers du Cinéma
L'oeuvre est alors plus belle dans sa déstructuration et sa sensorialité que la première version distribuée en Occident. aVoir-aLire.com
C'est une aubaine de redécouvrir le film, quatorze ans après sa réalisation, dans une version révisée par ce cinéaste pour qui chacune de ses œuvres reste éternellement perfectible. Nouvel Obs
(...) cette idée folle de modifier le travail du temps, donne tout son prix à Redux, tant il correspond précisément au principe d'un film rythmé par le cycle des saisons. Positif