Au Poste !

FILM FRANÇAIS DE QUENTIN DUPIEUX (2018 – 1H13)
AVEC BENOÎT POELVOORDE, GRÉGOIRE LUDIG, ORELSAN

Les membres d'un poste de police peu conventionnel doivent résoudre une affaire de meurtre des plus hallucinantes… Référence du non-sens et de l'humour noir, Quentin Dupieux a su construire une oeuvre profondément singulière. Depuis son entrée dans le cinéma en 2010 avec Rubber (l'histoire d'un pneu serial killer !), l'ancien musicien, plus connu sous le pseudonyme de Mr. Oizo, a attiré devant sa caméra Éric Judor, Alain Chabat et même Marilyn Manson. Après avoir tourné ses quatre films précédents aux États-Unis, Au Poste ! signe le retour du réalisateur en France.

HORAIRES

29 AOÛT > 4 SEPTEMBRE

mercredi : 19h
jeudi : 20h45
vendredi : 19h
samedi : 18h30
mardi : 18h30 D

Le dossier de presse (PDF)

AU POSTE ! semble être un film sur la banalité, le quotidien. Ce commissariat dépeuplé, la nuit, dégage aussi un imaginaire très français. C'est d'ailleurs aussi votre premier vrai film français.
Le quotidien, l'anodin, c'est un peu la note que je cherchais, et il y avait à l'origine du projet une grosse envie de France, effectivement. J'ai pu expérimenter des choses très intéressantes dans les quatre films que j'ai tournés aux États-Unis, mais quand j'ai dirigé Alain Chabat et Jonathan Lambert en français dans RÉALITÉ, je me suis rendu compte que j'étais bien plus à ma place pour maîtriser le langage et construire des personnages en profondeur. Je me suis senti plus efficace, plus capable, par le simple fait de parler dans ma langue et par la culture commune que je partage avec Chabat et Lambert. Mes films américainsse sont faits un peu au détriment de ma plume. Creuser dans une langue que je comprends parfaitement, comme je le fais avec AU POSTE !, me permet d'avoir une palette plus étendue. C'est un peu comme si je découvrais les couleurs.

Vos deux comédiens principaux, Grégoire Ludig et Benoît Poelvoorde, ont un jeu plutôt sobre.
Même quand Grégoire Ludig regarde la main sortir du casier, son regard n'est pas hystérique, c'est presque nonchalant. Ça, c'est une autre note du film. Je voulais que Grégoire Ludig incarne une sorte de Monsieur Tout-lemonde. Je l'avais vu dans un film de Marion Vernoux, ET TA SOEUR, et j'avais été saisi par sa capacité à être réel. Il est très généreux, d'autant plus que dans AU POSTE !, il n'a pas forcément le rôle le plus excitant, celui qui a la bonne vanne au bon moment. Je voulais éviter de tomber dans l'empilage de sketchs. Avec Benoît comme avec Grégoire, dès que ça sonnait trop écrit, que ça semblait de la blague pour la blague, on enlevait des choses, on rendait ça plus quotidien, normal. La gamme de Benoît est phénoménale. Il est souvent employé pour la partie haute de cette gamme, quand il joue son personnage un peu gueulard. Mais il sait faire une infinité de choses.

Votre film fait penser aux années 70, à travers les tons beiges, le choix des lieux, le genre du film aussi…
Le film n'est pas un pastiche, ce n'est pas une relecture des seventies. C'est un magma de tout un tas de choses. Je cherche toujours à faire un objet qui soit un monde total. La direction artistique et les décors de ma femme Joan y sont également pour beaucoup ; tous ces choix visuels qui donnent au final ce look au film se font à deux.

Quelle était l'idée de départ du récit ?
J'avais une grosse envie de filmer du dialogue, de faire un film à texte, sans doute parce que j'étais légèrement frustré par mes films américains de ce point de vue-là. Or c'est de là que je viens, depuis mes courts-métrages et STEAK. Les personnages bavardent beaucoup dans mes films !

Vos films américains sont davantage dans une sorte de plasticité presque un peu cartoon, alors qu'AU POSTE ! est un vrai film à texte. 
C'est là où la banalité m'intéresse. C'est lié au réalisme, mais aussi au fait de redonner du corps à mes personnages à travers le texte. On remodelait le film en changeant une virgule ou en ajoutant trois lignes. Sur mes films américains, il y avait moins de nuances. Quand un comédien n'arrivait pas à donner ce que je voulais, c'était très compliqué de réécrire rapidement. AU POSTE ! s'est fait dans une réécriture permanente. Trois mots en plus ou en moins changeaient toute la scène. J'ai eu envie que les personnages soient plus incarnés, humains, réels, avec des traits de caractère. Je pense que je viens d'ouvrir une nouvelle période de mon cinéma. Je la vois se dessiner.

La blague entre « aller-retour » plutôt que « va-et-vient », c'est une chose qu'on ne peut imaginer que lorsqu'on a une parfaite connaissance de la langue française. Et c'est la même chose sur le sentiment du quotidien que dégagent ces moments où la femme de Grégoire Ludig s'endort à ses côtés, où la voisine ouvre la porte, où il fait semblant de fumer parce qu'il est seul.
Oui, je crois que c'est inédit chez moi et ça va avec mon retour en France. Je vais forcément me mettre à parler de trucs que je connais. On n'est plus uniquement dans le fantasmagorique, où un mec mort peut revenir trois scènes plus tard. Dès que je commence à tourner en rond, très naturellement, sans même y penser, j'ai toujours envie d'injecter de nouveaux éléments. Sinon, je m'ennuie. Pendant longtemps, je m'amusais à rajouter à chaque nouveau film, un élément supplémentaire de la grammaire cinématographique. Aujourd'hui, je viens tout simplement d'injecter encore un nouvel élément : le personnage.

C'est aussi votre premier film nocturne.
J'ai longtemps été à l'aise à l'extérieur, avec ce grand ciel bleu de Californie et cette lumière pour laquelle j'avais une vraie fascination. J'ai eu envie de faire l'inverse. Et c'était un bonheur total de tout penser autrement.

Vous saisissez bien cette sensation de la nuit. C'est une nuit de bars encore ouverts mais quasi vides, des commissariats où la nuit semble tout figer dans le temps. En même temps, vu que votre cinéma est quand même lié à la rêverie, ça paraît presque logique que vous vous confrontiez à la nuit. 
Oui, il reste quelque chose du rêve, ça plane encore. Mais le but, c'est aussi d'être un peu moins seul dans mon monde de rêves. En travaillant davantage les personnages, en racontant un truc un peu plus ancré, je crois qu'on peut emmener les gens un peu plus loin. Quand on part du postulat d'un pneu qui roule tout seul comme dans RUBBER, le truc dingue est déjà posé. Après, il n'y a plus qu'à dérouler l'idée. Le poumon qui fume de Benoît, c'est un gag intégré à la réalité même, non à un truc entièrement loufoque.

Vous réussissez à inventer de nouvelles figures à partir d'acteurs qu'on a vus dans plein de films. On n'a jamais vu Anaïs Demoustier comme ça par exemple, pour des questions capillaires, bien sûr, mais aussi pour son jeu.
Le conditionnement se fait beaucoup par le scénario. Il contient toujours quelque chose qui permet au comédien de se projeter dans un ailleurs. C'est ce qu'ils viennent chercher chez moi, je crois et c'est ainsi que je les accueille. Anaïs, je l'avais vue dans un film d'Emmanuel Mouret, CAPRICE, et je l'ai trouvée formidable. Au départ, je projetais quelque chose de très réaliste dans son personnage et puis, au fil d'une discussion au café avec elle, je lui ai dit qu'elle était comme Zézette dans LE PÈRE NOËL EST UNE ORDURE, en imaginant quelque chose d'un peu inconséquent : elle ouvre la porte, elle dit une connerie et elle ferme la porte.

Il n'y a jamais de moquerie ou de mépris envers les personnages. Vous parvenez à leur trouver une poétique propre. 
Je pense que c'est lié au fait que j'ai des envies de cinéma. Je me dis qu'un film doit faire un peu rêver, esthétiquement, émotionnellement. Ici, le décor fait rêver. Cette nuit, elle fait rêver. Et les personnages doivent aussi faire un peu rêver. Benoît, avec ce vieux holster, me fait un peu rêver, mais de manière douce, sans que ce soit trop voyant ou démonstratif.

La moustache ou cette coupe de cheveux, c'est aussi un vrai plaisir pour les comédiens.
Absolument. Ce n'est pas un déguisement, c'est une envie de fabriquer quelque chose de singulier. J'ai envie que ces personnages existent en vrai. Et c'est la même chose pour les décors ou l'esthétique, de manière plus générale. Ici, tout compte, les meubles, les décors, les acteurs, alors que la comédie est souvent juste un lieu pour faire rire, mais de moins en moins pour faire réellement du cinéma. Sur un film comme TOOTSIE de Sidney Pollack, la direction artistique est dingue. C'est ça qui fait que je vibre : je suis dans un film.

Et puis, il y a l'alchimie entre les comédiens.
Oui, il se passe vraiment quelque chose quand tous sont heureux d'être là. On le sent immédiatement quand ils ne sont pas heureux d'être ensemble. Alors on cache la misère avec du découpage, de la musique, mais au final, on a le sentiment bizarre de voir un truc faux car les gens ne s'aiment pas. Tant que je n'étais pas sûr que ça marche entre Grégoire et Benoît, je frôlais l'échec en permanence car aucun artifice n'aurait pu récupérer ça. Ils sont trop souvent ensemble. Mais tout s'est passé merveilleusement bien. Quand les acteurs sont heureux de travailler ensemble, cette sensation parvient au spectateur. C'est d'autant plus important dans un film où l'on reste un bon moment avec deux comédiens dans une seule pièce, dans un film doté d'une formule un peu bizarre : une courte durée pour un long-métrage mais un rythme finalement assez lent.

Vous faites de longues répétitions avec les comédiens avant le tournage ?
Non. On a répété un peu le samedi avant le tournage, dans le décor, pour que les acteurs se rencontrent et s'approprient les lieux. En fait, nous avons trouvé la note le premier jour de tournage. On creusait les choses ensemble. L'erreur serait de robotiser des acteurs aussi puissants que Benoît et Grégoire, en leur demandant de respecter le texte à la virgule.

Il y a peu de musique contrairement à vos autres films, en tout cas, elle se fait plus discrète. Et puis à la fin, il y a ce morceau orchestral presque un peu atone. C'est la première fois qu'il y a si peu de musique et surtout pas de musique électro.
La musique du film, ce sont les voix, les dialogues. Ça aurait été un contresens de rajouter de la musique en fond. L'idée pour le morceau de fin, c'était de faire une musique française à la François de Roubaix. J'avais fait une liste d'instruments que je souhaitais faire entendre à David, le compositeur de la musique.

On n'a d'ailleurs pas l'impression que les sons du commissariat soient très présents. Ils semblent présents et absents à la fois. 
On avait ajouté plein de sons de portes qui claquent, de téléphones qui sonnent, mais en fait, ils annulaient le film. On a alors retiré des choses, baissé d'autres. Ce relatif vide sonore auquel on a abouti faisait peur à plein de gens. Mais j'ai tenu bon. Il fallait que tout soit feutré. La moindre des choses, quand on fait un film avec quelques personnages qui se parlent dans un même lieu, c'est que ce soit confortable. Si c'est anxiogène et moche, si la lumière est crue, alors c'est comme une prise d'otages pour les spectateurs.

 Propos recueillis par Jean-Sébastien Chauvin

Connaissiez-vous le travail de Quentin Dupieux avant qu'il vous propose AU POSTE ! ?
Non, je n'avais vu que RUBBER, sans savoir que c'était de lui. En revanche, on s'était croisé chez un ami commun quand il était plus jeune mais on ne s'était jamais revu. J'ai tout de suite aimé le scénario que j'ai lu en étant constamment plié de rire. C'est un des scénarios les plus drôles et mieux écrits que j'ai pu lire. On est allé boire un verre et j'ai tout de suite compris que j'avais affaire à quelqu'un de très singulier. On était censé se voir une heure pour faire connaissance, se renifler le derrière, et finalement on a passé toute la soirée ensemble. J'étais venu avec une tête de cheval en plastique que j'avais trouvée dans un magasin de farces et attrapes. On s'est beaucoup amusé !

C'est important pour vous de bien vous entendre avec un réalisateur ?
Pas nécessairement de bien s'entendre, mais au moins de savoir pourquoi on est là. En vieillissant, j'ai besoin de savoir ce que le réalisateur a en tête. Quentin sait exactement ce qu'il veut. Il est impressionnant de précision. Il travaille d'ailleurs sans combo (soit l'écran de contrôle aujourd'hui utilisé sur presque tous les tournages), sans perdre une seconde, sans personne d'inutile sur le plateau. Il fait lui-même la lumière et le cadre, si bien que contrairement aux autres tournages, je n'ai quasiment jamais attendu entre les prises ! On n'a fait que travailler, travailler, ce qui m'a beaucoup plu.

Comment aviez-vous envisagé le personnage ? 
Je ne prépare jamais les personnages. Si j'aime un projet, je viens complètement vierge, je suis très malléable. Avec Quentin, on n'a d'ailleurs jamais parlé du personnage. Ce n'est pas son genre. Rien de ce qu'il fait ne s'apparente à la façon traditionnelle de faire du cinéma. On a simplement fait une lecture un après-midi avant le tournage avec Grégoire Ludig et Marc Fraize, de manière à poser les bases. Par contre, il exige de connaître son texte par coeur, ainsi que le texte de son partenaire, et ce, dès la répétition ! C'est important car les dialogues fonctionnent sur du tac au tac, ça doit frotter constamment. Et puis, il y avait toujours le risque de faire certaines scènes en un seul plan, avec l'impossibilité de rattraper quoi que ce soit au montage si ça ne marchait pas. Donc on doit tout connaître sur le bout des doigts. Parfois, il y avaitplus de dix pages de dialogues à apprendre. C'était au fond un peu comme au théâtre, alors que sur un film, généralement on peut dire une réplique, couper, reprendre, etc. Quentin déteste le cinéma où on découpe, où on fait un raccord dans l'axe, un plan serré, etc.

Votre jeu est dans une sorte d'entre-deux étrange, ni haut en couleur comme dans certains films, ni taciturne ou dépressif comme dans d'autres, mais au milieu du gué.
Cela me fait plaisir d'entendre ça ! Quentin m'a permis d'éviter que je me repose sur mes acquis. Il le fait parfois de manière un peu sèche d'ailleurs, il est direct, frontal ! Je suis orgueilleux comme tous les acteurs, et le premier jour, j'étais un peu déstabilisé. Mais nous avons fini par trouver nos marques. Pour rire, je lui disais : « j'espère que ça vaut la peine de s'enfermer pendant un mois dans la maison des communistes ». Visiblement, ça en valait la peine ! En tout cas, Quentin était très attentif à la mélodie des voix. Il y a un son qu'il voulait entendre et il m'a poussé à le trouver, en retranchant mes petites scories d'acteur. Il a souvent d'excellentes indications de jeu. La première séquence au téléphone, on l'a faite deux jours de suite, dès le début du tournage, car on ne trouvait pas tout à fait le bon ton.

Il y a quelque chose qui a changé sur ce film dans votre manière d'appréhender le jeu ?
Je ne sais pas, mais en tout cas, j'y ai pris beaucoup de plaisir. Mais je crois qu'il ne faut pas commencer sa carrière avec un film de Quentin, car ensuite les autres tournages paraissent d'une lenteur et d'un gaspillage d'énergie incommensurables. Chez lui, toute l'énergie est concentrée sur le travail, c'est très enrichissant. Il est arrivé, par exemple, qu'on refasse une prise une trentaine de fois. Il faut être très résistant. Du matin au soir, on passait de Dupieux au pieu ! Mais avec cette méthode, à la fin, on fait corps avec son personnage. En tant que comédien, on se débarrasse de tous les trucs sécurisants. Il nous demande de ne pas nous planquer derrière des vieux trucs d'acteur.

Comme quoi par exemple ?
Si par exemple on connaît mal son texte, on va prendre des temps qui ne servent à rien, ou alors on va forcer sur certains mots parce qu'on sait que ça rendra bien. Il perçoit tout de suite ces choses-là. Mais ça ne l'empêche pas d'être détendu. C'est quand même le seul réalisateur que je connaisse qui estvenu sur le plateau avec son chien ! Moi aussi je viens avec mon chien, mais un réalisateur normalement n'a pas le temps de s'occuper de son chien !

C'était compliqué de jouer ce ton comique qui n'est pas tout à fait comique, mais qui doit quand même faire rire ? 
Ce n'était pas simple, en effet ! Et comme on n'avait pas de combo, on ne savait pas toujours si ça allait marcher, une fois le film monté. Il n'y avait pas de scripte non plus, qui aurait pu nous dire ce qu'on avait tourné ou pas. Il y avait juste une jeune fille qui nous soufflait et nous faisait répéter le texte. Parfois, je ne savais plus si on avait vu telle partie ou pas, d'autant plus qu'à certains moments du film, on redit la même chose trois ou quatre fois, mais différemment. Et puis, on ne tournait jamais dans l'ordre. Mais c'était très excitant, ça nous obligeait à être constamment dans une mécanique de jeu.

Vous connaissiez Grégoire Ludig, votre partenaire ?
Non, je ne l'avais jamais rencontré. C'est un comédien extraordinaire. La grande force de Quentin, c'est qu'il sait très bien s'entourer. Je crois qu'il faut vraiment être très bon acteur pour jouer avec Dupieux. On peut très vite perdre pied si on n'a pas les épaules solides. Je me souviens d'une scène où il y avait plusieurs figurants. Au fil des prises, on en voyait de moins en moins ! Il les virait un à un, alors qu'ils ne parlaient même pas ! Mais visiblement, ils n'étaient pas assez bons. Il pouvait nous faire tenir sur quatre minutes sans couper dans un dialogue avec un autre acteur. Il faut avoir un peu de bouteille pour tenir la distance, surtout si on n'a jamais fait de théâtre, ce qui est mon cas.

Vous et Grégoire Ludig vous êtes vite apprivoisés ?
Oui, on s'est entendu tout de suite. Il est très rieur et je le suis aussi. C'est bien simple, on riait tout le temps. On avait tous les deux à coeur d'être généreux avec l'autre. Et puis, jouer devant un type qui a une moustache pareille, ça aide ! On riait tous les jours de cette moustache qu'il assumait avec panache !

 Propos recueillis par Jean-Sébastien Chauvin

PRESSE

La comédie absurde qu'on attendait tant. La Voix du Nord
cocktail de loufoquerie sophistiquée, dont la brièveté salvatrice (1 h 13) et l'humour garantissent la légèreté. Libération
Une comédie de Quentin Dupieux où le non-sens fait délicieusement irruption dans la banalité d'une garde à vue. La Croix
Au poste ! dote la pochade du samedi soir de plusieurs doubles fonds dramatiques ou théoriques. Comme avec tout numéro de prestidigitation, le plaisir du spectateur est aussi de choisir entre le démontage mental des astuces ou de faire comme si elles n'existaient pas. Cahiers du Cinéma
Les personnages dupieussiens changent de continent, et leur folie aussi : elle qui fut presque joyeuse, triomphante, conquérante, comme celle des barbouzes de "Wrong Cops", devient aujourd'hui malade, fatiguée, symptôme de désespoir. Mais pas de panique : le désespoir a de l'humour. Les Inrockuptibles
L'auteur atteint des sommets d'humour franco-belge avec cette comédie qui a le bon goût de durer à peine plus d'une heure. Télérama
Le résultat parle de lui-même : on sort de ce huis clos avec l'improbable impression d'avoir pris une grande, très grande, bouffée d'air frais. Absurde ? Non, Dupieux. CinemaTeaser