Jeune Femme

FILM FRANÇAIS DE LÉONOR SERRAILLE (2016-1H37)
AVEC LAETITIA DOSCH, GRÉGOIRE MONSAINGEON
CAMÉRA D'OR, CANNES 2017

Un chat sous le bras, rien dans les poches, voici Paula, de retour à Paris après une longue absence. Au fil des rencontres, la jeune femme est bien décidée à prendre un nouveau départ...
« Un personnage farfelu et gentiment fêlé, qui suscite immanquablement le sourire complice de la sympathie. » Le Dauphiné Libéré

HORAIRES

27 DÉCEMBRE > 2 JANVIER

jeudi : 20h45
vendredi
: 18h30
samedi : 18h30
mardi : 20h45 D

PRESSE

Avec ce portrait virevoltant d'une trentenaire marginale, la réalisatrice défend un cinéma humain et hédoniste, récompensé par la Caméra d'or à Cannes. Les Inrockuptibles
Léonor Serraille sait maintenir sa caméra en éveil, alors même que son scénario, fort bien écrit, aurait pu cadenasser son film, ou le réduire à de la simple illustration. Libération
Tout en exagérant un peu l’adaptabilité de son héroïne, Léonor Serraille forge un personnage singulier, peu vu au cinéma, à mi-chemin entre citadin rangé et nomade. D’où le caractère plaisamment imprévisible de ce récit sans causalité, progressant comme un jeu de l’oie, en fonction des écueils et des bonheurs croisés sur sa route par l’héroïne. L'Humanité
Tourbillonnant, irritant, bouleversant, Jeune femme est un objet curieux qui possède une arme secrète : son humour volontiers iconoclaste qui permet à la réalisatrice et à son actrice de dédramatiser pudiquement le désordre intérieur de leur héroïne virevoltante. Ce n’est pas la moindre de ses qualités. Première
Lauréat de la Caméra d'or au dernier Festival de Cannes, le film de Léonor Serraille «Jeune Femme» sidère avec ce portrait solaire d'une fille moderne. Le Parisien
Léonor Serraille, dont c’est le premier long métrage, fait partie de ces nouveaux cinéastes préférant la bifurcation aventureuse aux sentiers balisés du cinéma français. Cahiers du Cinéma
Ce long métrage où éclate le talent de sa réalisatrice, Léonor Serraille, et de son actrice principale, Laetitia Dosch, a été récompensé de la Caméra d’or à Cannes et du prix d’Ornano-Valenti à Deauville, décernés à un premier film. La Croix