Corps et âme

A Teströl és Lélekröl

FILM HONGROIS DE ILDIKO ENYEDI (2017-1H56)
AVEC ALEXANDRA BORBÉLY, MORCSÁNYI GÉZA, RÉKA TENKI
OURS D'OR, BERLIN 2017

Mária, nouvelle responsable du contrôle de qualité et Endre, directeur financier de la même entreprise, vivent un rêve partagé. Sous la forme d’un cerf et d’une biche, ils se retrouvent chaque nuit dans un paysage enneigé. Lorsqu’ils découvrent ce fait extraordinaire, ils tentent de trouver dans la vie réelle la même complicité que celle qui les unit sous leur apparence animale...
« On est saisi par ce mélange de froideur et de romantisme, agrémenté par un sens poétique du détail. Ou comment le rêve peut dynamiter un univers trop fonctionnel. » L’Humanité

HORAIRES

20 > 26 DÉCEMBRE

mercredi : 18h30
vendredi : 18h30
samedi : 18h30
mardi : 20h45 D

PRESSE

La Hongroise met l’intelligence de sa maturité dans cette réflexion sur le couple où rêve et psychanalyse font bon ménage. Elle ose le romantisme poétique comme le réalisme brutal. Elle célèbre la beauté d’une union possible sans cacher les blessures qui l’accompagnent. C’est ça, l’amour. Télérama
Film à strates, "Corps et Ame" plaira à tous ceux qui vont au cinéma pour cueillir d'ineffaçables souvenirs. Le Parisien
Fort de ce pitch saugrenu, "Corps et âme" (Ours d'or à Berlin) tricote une singularité étonnante qui combine à merveille l'émotion pure et l'humour cocasse, mais où il est question de l'essentiel : notre condition d'humains paradoxaux. Le Journal du Dimanche
"Corps et âme" aurait pu être balourd et niais, il enchante par sa gravité et son ironie légère, sa suggestion délicate d’une solidarité entre le monde animal et les êtres humains, sa célébration du rêve et de la magie comme moyen d’échapper à un quotidien sans âme. Positif
Il y a quelque chose d'héroïque dans ce film, justement honoré d'un Ours d'or au dernier festival de Berlin, à parvenir à allier ce cinéma-là, aux allures d'études médicales, avec le romantisme échevelé et souvent triste des plus grands sentimentaux. Transfuge