In The Middle

  • DANSE
  • MERCREDI 12 OCTOBRE
  • 20H
  •   GRANDE SALLE
  • DURÉE : 1H
  • TARIF A

CHORÉGRAPHIE MARION MOTIN  

COMPAGNIE SWAGGERS
AVEC LE SOUTIEN DE L’ONDA - OFFICE NATIONAL DE DIFFUSION ARTISTIQUE

 

Marion Motin et les Swaggers conjuguent le hip-hop au féminin dans une pièce puissante et élégante.

Cette pièce a été construite autour de ses interprètes : les caractères, forces et expériences des danseuses sont à l’origine du mouvement. Pour la chorégraphe, ce spectacle représente «une multitude d’émotions, de rencontres, d’étapes, autant que de musiques, d’images, de gestuelles…». Sur scène, les tableaux se succèdent, nous font voyager de l’Espagne flamenco au Far West avec ses cow-boys. La puissance et l’humour cohabitent avec la poésie et la virtuosité.
En tournée avec Madonna, chorégraphe des clips de Stromae et Christine and the Queens, sur scène avec les plus grands chorégraphes contemporains tels Angelin Preljocaj et Blanca Li, Marion Motin est devenue une chorégraphe et danseuse hip-hop incontournable. Elle crée les Swaggers en 2009, le premier crew exclusivement féminin. Leur force réside dans la diversité des styles mais surtout dans le besoin de casser les codes pour proposer un hip-hop nouveau, « classieux » et alternatif.

 

« La beauté esthétique du spectacle se rend l’égale et l’alliée du talent des danseuses qui maîtrisent le mélange des genres en terme de danses urbaines-contemporaines. L’occasion pour elles de s’en affranchir pour les chambouler, et nous au passage. Une découverte qui laisse une trace dans nos esprits, un choc optimiste et bénéfique. » Yegg Mag

DISTRIBUTION

• Un spectacle de Marion Motin et de la compagnie Swaggers • Distribution Marion Motin, Lydie Alberto, Julie Moreau (ou Laura Defretin), Ghizlane Terraz, Carmel Loanga, Oumou Sy, Julie Tembo • Lumières Marion Motin & Judith Leray. Régisseur général Joris Fistolet. Costumes Anaïs Durand. Production Marie Barrot.


Production Compagnie Swaggers Coroductions Maison Folie Wazemmes – ville de Lille, Initiative d’Artistes en Danses Urbaines (Fondation de France / La Villette avec le soutien de la Caisse des Dépôts et de l’Acsé), Centre Chorégraphique de Créteil et du Val-de- Marne / Compagnie Käfig. Soutiens Centre Korégraphik Pôle Pik Bron dans le cadre du Kompagnonnage, le Carré de Vincennes. La création a été lauréate des HiverÔclites (CDC Les Hivernales à Avignon) – prix du public 2014

© photo : Dati Photography

Site de la compagnie

SI VOUS AIMEZ CE SPECTACLE, VOUS AIMEREZ PEUT-ÊTRE :

Effet Bekkrell
Thomas Pitiot chante Vassiliu

AUTOUR DU SPECTACLE

MARDI 11 OCTOBRE

ATELIER DANSE AVEC MARION MOTIN

Marion Motin est une figure du hip hop, mais son style dépasse largement ces frontières. Un petit atelier de hip hop classy ? [+]
Mardi 11 octobre, de 18h30 à 20h30, au studio de DSN.

Consciente de l’opiniâtreté à exister dans un milieu masculin, Marion Motin démontre que, dans l’univers du hip-hop, les femmes ont leur place. Elle crée Swaggers en 2009, le premier crew exclusivement féminin composé de neuf filles complètes et originales, toutes actrices de la culture hip-hop et confirme depuis que le talent n’a pas de genre. Dans leur univers underground, si le hiphop reste le style prédominant, la diversité est forte : de la street-dance, au poppin’ en passant par le B.girling, sans oublier le waking, le krump et la house.

Ouverture et métissage sont la devise de cette famille de femmes fortes et indépendantes. Très loin de l’étiquette exclusive « casquettes à l’envers », les Swaggers bousculent le monde culturel pour proposer un hip-hop nouveau et alternatif.

On retrouve chez elles de nombreuses inspirations, fruits de diverses collaborations individuelles avec les plus grands chorégraphes contemporains tels que Agelin Preljocaj, Blanca Li ou encore Sylvain Groud. Marion Motin a su créer une véritable synergie de groupe : contrepied de l’uniformité, c’est la diversité qui prévaut. Son écriture atypique révèle les styles et les personnalités artistiques. Swaggers se nourrit de ses individualités.

C’est sur les musiques endiablées de Michael Jackson que Marion commence à bouger. A 3 ans, elle approche l’éveil corporel puis à 5 ans la danse classique. Elle suit ensuite des cours de danse contemporaine mais, Marion se réalise dans la rue, lorsqu’elle commence le Hip Hop en 1996. Elle fait ses armes auprès des grands noms de la scène hip hop française et internationale tels que Nasty, Brian Green ou encore Storm. Après avoir travaillé dans la compagnie “Pambe Dance Compagnie” et “Quality Street”, elle rencontrera des grands noms de la scène contemporaine tels que Sylvain Groud et Angelin Prejlocaj.

Puis c’est aux côtés de Madonna qu’elle approfondira son expérience internationale. Sa rencontre avec Stromae lui permet de s’exprimer dans un univers plus large que la scène danse. En effet, elle suit désormais l’artiste dès que la danse intervient, pour ses clips ou sa tournée. Par la suite elle collabore avec Irma, Christine and the Queen, The Dø...

Marion crée, en 2009, le groupe de danse féminin Swaggers. Ce crew est composé de neuf danseuses, recrutées lors de rencontres, de battles et d’événements consacrés à la danse hip hop. En mai 2010, les Swaggers deviennent vice-championnes de France du concours de danse Hip Hop International (HHI) et remporte le Paris Dance Delight et le Hip Hop Games. Sa force réside dans la diversité des techniques qu’elle aborde mais surtout dans le besoin de casser les codes, de sortir des cases et d’exprimer avant tout un langage du corps. Chaque mouvement nait d’un besoin, d’un état, d’une émotion ou juste d’une envie à ce moment précis. Elle nommera ça “le mouvement immédiat”. Ce geste que son corps exprime de manière instinctive. Dans sa collaboration avec les artistes ou encore avec ses interprètes, elle s’évertue à faire sortir d’eux leur authenticité et les aide à développer leur propre gestuelle.

On ne parle que d'elle en ce moment et à juste titre. La danseuse et chorégraphe hip-hop Marion Motin se taille une excellente réputation sur tous les plateaux. En particulier ceux des shows de Stromae, de Christine and the Queens et de la comédie musicale Résiste, dont elle signe les chorégraphies. Mais cela ne l'empêche pas de mener un travail de fond avec sa compagnie Swaggers, créée en 2009. Celle qui revendique la « force tranquille » de sa danse tourne actuellement In The Middle, sur des musiques des Doors, de Lhasa, des Pixies. Un mot d'ordre : « Faut que ça envoie mais en installant une atmosphère. » Télérama