Hommage EMMANUELLE RIVA

Amour

FILM FRANÇAIS DE MICHAEL HANEKE (2012 - 2H07)
AVEC JEAN-LOUIS TRINTIGNANT, EMMANUELLE RIVA, ISABELLE HUPPERT
PALME D’OR, CANNES 2012

Georges et Anne sont des octogénaires cultivés, professeurs de musique à la retraite. Leur fille, également musicienne, vit à l’étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d’une attaque cérébrale. Lorsqu’elle sort de l’hôpital, elle est paralysée d’un côté...

HORAIRES

DIMANCHE 16 JUILLET, 18H15

HOMMAGE EMMANUELLE RIVA

COMÉDIENNE FRANÇAISE (1927 – 2017)

« Il y a une très grande joie de sentir qu'on échappe à soi-même pour aller on ne sait pas où. On dit “Entrer dans la peau du personnage ”, cela a l'air un peu bébête, mais en fait c'est assez ça, avec toute la chair et l'esprit et le coeur. » Emmanuelle Riva

2=1 « EMMANUELLE ÉTERNELLE »

DIMANCHE 16 JUILLET DEUX FILMS POUR LE PRIX D’UN !

 

Hiroshima mon amour (16h30)

L'émotion des personnages est si forte qu'elle devient vertige, balancement continu des contraires. Riva est inoubliable en femme moderne, adultérine et hagarde. Terrassée par la maladie de l'amour. Télérama

Amour (18h15)

"Amour" est constamment touchant (...) un intense film de couple, une radiographie aussi précise qu'universelle de cette partie de nos existences qu'on appelle "la fin de vie". Les Inrockuptibles

Lors des soirées 2=1, achetez un billet pour le premier film au tarif habituel et DSN vous offre la place pour le second !

PRESSE

"Amour" est constamment touchant (...) un intense film de couple, une radiographie aussi précise qu'universelle de cette partie de nos existences qu'on appelle "la fin de vie". Les Inrockuptibles
La peinture s'invite, dans un montage splendide qui suspend le temps, laisse galoper l'imagination vers des rives lumineuses. Ce film porté par une foi dans l'homme et dans le libre arbitre accueille aussi une forme de mystère. C'est là toute sa beauté. Le Monde
Dans un huis-clos somptueux, Haneke affronte la terreur de la mort à travers le dernier face-à-face d'un très vieux couple. Libération
Du temps du muet, le cinéma germanique avait fait du Kammerspiel, un de ses genres majeurs. Près d'un siècle plus tard, le réalisateur autrichien en pousse l'impressionnisme à son paroxysme. L'Humanité
"Amour" n'est pas un enterrement ni une visite de deux heures chez une vieille malade incurable et son mari, mais bien un film (...) sous-tendu par le goût de la vie. Télérama
Avec une intensité dramatique suffocante, (Michael Haneke) aborde un sujet tabou et dérangeant, la fin de vie, de manière frontale mais en gardant la pudeur nécessaire. Le Journal du Dimanche
Le spectateur (...) sera pris à la gorge par ce cinéma dur et droit, débarrassé de toutes les fanfreluches (...) tout cela transforme un simple film en (chef-d') oeuvre inoubliable. Le Parisien